Offres emplois RGC

Portrait de Raymond Morel

Joint par téléphone en cette journée de printemps rayonnante, c’est avec enthousiasme que M. Morel me partage ses anecdotes liées à ses 30 ans d’expérience terrain.

Un long et beau parcours chevronné résumé en quelques lignes ci-dessous.

Morel

Parlez-nous de votre parcours.

Je suis ingénieur industriel de formation. J’ai gradué à l’école Polytechnique en 1985. J’ai poursuivi avec un certificat en administration des affaires dans le début des années 1990.

J’ai commencé ma carrière comme ingénieur d’usine au sein de l’entreprise Selco pendant environ 4 ans puis je suis devenu consultant spécialiste en gestion manufacturière et gestion de la qualité. Au fil de mes expériences, je me suis vu offrir par un de mes clients un poste en gestion. J’ai accepté ce défi, et de fil en aiguille, j’ai gravi les échelons de directeur des opérations à directeur général. J’ai occupé le poste de directeur général dans plusieurs entreprises très différentes tel que dans le domaine de la construction, du parapublic, du secteur industriel.

Tous ces postes m’ont permis de développer mes habiletés en gestion, mais aussi en prise de décisions.

Aujourd’hui, je travaille comme directeur général au sein de la Buanderie Centrale de Montréal (BCM) qui effectue le traitement de linges dans plus de 80 établissements de santé. Nous traitons plus de 18 000 000 de kilogrammes de linge par année, avec le support de plus de 250 employés et de quelques sous-traitants. La BCM est l’une des 3 buanderies les plus productives en Amérique du Nord. Ma mission est de toujours offrir un service plus efficace et de qualité pour répondre aux besoins des différents centres qui vivent des compressions budgétaires.

Quel est votre vision de l’avenir?

Le plus grand défi actuel pour la Buanderie est la gestion des ressources humaines. Il est de plus en plus difficile de trouver de la main d’œuvre qualifiée ainsi que de la main d’œuvre journalière. Le succès d’un organisme repose sur ses ressources humaines. Le personnel doit comprendre quel est son rôle et ses implications. C’est pour cela que nous mettons un point d’honneur à établir des objectifs clairs, proposer des orientations bien définies avec une vision précise.

Avec le recul, je vois une profonde évolution des mentalités ces dernières années. Cela a des répercussions sur les entreprises, donc indéniablement sur les dirigeants et leur façon de diriger.

Quels sont vos conseils pour les jeunes générations?

Communiquer ! Une bonne communication passe par une bonne écoute. Pour bien diriger, il est nécessaire de prendre de bonnes décisions. Il ne faut pas hésiter à aller chercher l’information, analyser les données, faire parler les chiffres et s’intéresser à ses collaborateurs ainsi qu’au marché. Il faut développer son écoute au sens large, car une fois que vous avez une bonne compréhension de vos enjeux globaux, il est plus facile de prendre des décisions éclairées, puis de les communiquer, de les justifier et donc de les faire accepter.

About the Author

Marie-Charlotte Ernst

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top